Accueil Condition féminine > Dossiers > Violence > Violence conjugale

Violence conjugale

Comment la reconnaître?

Dans une relation de couple, plusieurs indices peuvent révéler un cas de violence conjugale. Il y a présence de ces indices si une personne :

  • doit « demander la permission » pour sortir avec ses proches
  • se fait souvent ridiculiser devant les autres
  • se fait bousculer ou pousser
  • parle à peine lorsqu’elle est accompagnée de son ou sa partenaire
  • s’isole peu à peu de presque tous ses proches
  • a souvent des marques ou des ecchymoses qu’elle tente de cacher.

C’est quoi au juste?

La violence conjugale a toujours lieu dans le contexte d’une relation amoureuse, actuelle ou passée. Cette forme de violence, qui a pour effet de compromettre l’intégrité de la victime, se manifeste par des comportements quotidiens, depuis les menaces verbales, le harcèlement et les coups superficiels jusqu’aux blessures graves, en passant par l’agression sexuelle et la violence psychologique et économique.

La violence conjugale est une façon de contrôler l’autre; ce n’est pas le résultat d’une perte de maîtrise de soi. Dans une situation de violence conjugale, l’agresseur emploie plusieurs stratégies pour dominer sa victime et s’assurer qu’elle ne le quittera pas.

Un cercle vicieux

Les agressions commises dans un contexte conjugal surviennent à l’intérieur de ce qu’on appelle le « cycle de la violence conjugale ». Ce cycle, qui est mis en place et orchestré par l’agresseur, lui permet de maintenir sa domination sur sa conjointe. Dans une relation conjugale marquée par la violence, il se répète plusieurs fois et s’accélère avec le temps.

Phase 1 – Climat de tension

L’agresseur a des accès de colère, menace l’autre personne du regard et fait peser de lourds silences.

La victime se sent inquiète, tente d’améliorer le climat et fait attention à ses propres gestes et paroles.

Phase 2 – Crise

L’agresseur violente l’autre personne sur les plans verbal, psychologique, physique, sexuel ou économique.

La victime se sent humiliée et triste; elle a le sentiment que la situation est injuste.

Phase 3 – Justification

L’agresseur trouve des excuses pour justifier son comportement.

La victime tente de comprendre ses explications, l’aide à changer, doute de ses propres perceptions et se sent responsable de la situation.

Phase 4 – Lune de miel

L’agresseur demande pardon et parle de thérapie ou de suicide.

La victime lui donne une chance, lui apporte son aide, constate ses efforts et change ses propres habitudes.

Cycle de la violence conjugale

Passez à l’acte

Désamorcez la violence

Pour qu’une personne prisonnière du cycle de la violence conjugale arrive à se libérer, l’intervention des proches est souvent nécessaire. Offrez votre appui à la victime pour faire cesser la répétition d’actes inacceptables et, souvent, criminels.

Source : La violence conjugale… C’est quoi au juste?, éditions du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, 1er trimestre 2006.

Brochures Vous vivez certaines de ces situations?

Quitter rapidement

Saviez-vous que...

La violence conjugale est présente dans toutes les couches sociales, indépendamment de l’âge, de l’origine ethnique, de la scolarité et du niveau socioéconomique.

Voir aussi...

Trousse média sur la violence conjugale

Date de mise à jour : 15 novembre 2017

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2008 - 2017