Accueil Condition féminine > Dossiers > Éducation et formation

Éducation et formation

Les femmes constituent sans doute le groupe social ayant le plus bénéficié de la démocratisation de l’éducation, entamée au Québec dans les années soixante. En trois décennies à peine, les Québécoises ont rattrapé de façon remarquable leur retard en cette matière. En 2010-2011, les femmes représentent 49 % des effectifs étudiants du secondaire et 58 % du collégial. En 2009, elles représentent 57,9 % de ceux des universités.

Diversification des choix scolaires

Même si les femmes sont de plus en plus scolarisées, leurs choix scolaires tardent à se diversifier. Malgré certains progrès, les domaines d’études traditionnellement féminins et masculins demeurent à peu près les mêmes. Les femmes demeurent ainsi majoritaires dans les domaines des services :

  • éducation à l’enfance
  • enseignement primaire
  • services de santé
  • services sociaux.

Les hommes quant à eux sont prédominants dans programmes relevant des secteurs de la production :

  • mécanique
  • électronique
  • informatique
  • génie
  • physique.

La diversification des choix de formation des femmes représente donc un défi de taille, alors que la quasi-absence des hommes dans certains secteurs en présente un autre.

Haut de page

Actions ciblées

  • Une des initiatives gouvernementales les plus importantes visant à encourager les étudiantes à intégrer des domaines traditionnellement masculins provient du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Le concours Chapeau, les filles!, par l’octroi de bourses, favorise la diversification des choix scolaires des filles et encourage celles qui sortent des sentiers battus à persévérer jusqu’à l’obtention de leur diplôme. Le volet Excelle Science du concours poursuit les mêmes objectifs au niveau universitaire.
  • Plusieurs autres mesures gouvernementales soutiennent la diversification des choix professionnels des femmes notamment la Bourse Irma LeVasseur, la mise en œuvre d’un Plan d’action interministériel pour la progression des Québécoises en sciences et en technologies, la campagne Tout pour réussir, etc.
  • Le gouvernement soutient également la diversification des choix scolaires des garçons, même s’il s’agit d’un domaine d’intervention relativement nouveau. Le Plan d’action pour l’égalité entre les femmes et les hommes (2011-2015) (1,8 Mo) prévoit d’encourager les hommes à être davantage présents dans certains secteurs, notamment celui des soins et des services sociaux.
  • Ce nouveau plan d’action pour l’égalité prévoit également de favoriser la concertation en matière d’accès des femmes aux métiers non traditionnels et de mixité des professions.

Haut de page

Combattre les stéréotypes, des ressources pour le milieu de l’éducation

Le gouvernement est également préoccupé par la persistance de stéréotypes sexuels et sexistes chez les jeunes.. Diverses mesures du nouveau Plan d’action pour l’égalité entre les femmes et les hommes permettront de faire la promotion de modèles et de comportements égalitaires et ce à tous les niveaux d’éducation.

Date de mise à jour : 30 avril 2013

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2008 - 2017