Accueil Condition féminine > Communiqués

Acheter du sexe, ce n’est pas un jeu - La ministre Lise Thériault appuie une campagne sur les conséquences dommageables de l’exploitation sexuelle


Montréal, le 6 juin 2017. – Le gouvernement du Québec verse une contribution financière de 17 700 $ à l’organisme Le Phare des Affranchi(e)s relativement au lancement de sa campagne Acheter du sexe, ce n’est pas un jeu, laquelle vise à sensibiliser la population et les touristes aux effets néfastes que peut avoir l’exploitation sexuelle sur les victimes, qui sont en grande majorité des femmes et des mineures.

L’aide gouvernementale accordée par le Secrétariat à la condition féminine (SCF), qui appuie l’organisme pour une deuxième année consécutive, servira à réaliser une capsule vidéo de sensibilisation portant sur l’exploitation sexuelle. Cette capsule pourra être partagée sur les réseaux sociaux, particulièrement à l’occasion du Grand Prix du Canada de Formule 1, qui se déroule cette fin de semaine à Montréal.

La vice-première ministre, ministre responsable de la Condition féminine, ministre responsable des PME, de l’Allègement réglementaire et du Développement économique régional et ministre responsable de la région de Lanaudière, Mme Lise Thériault, en a fait l’annonce aujourd’hui.

Le soutien à la campagne Acheter du sexe, ce n’est pas un jeu s’inscrit dans la foulée de la mise en œuvre de la Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles 2016-2021. Dans le cadre de cette stratégie, le SCF s’est engagé à soutenir des campagnes de sensibilisation portant sur les violences sexuelles.

Citations :

« Lors d’événements d’envergure, les organismes sur le terrain constatent une hausse de la demande de services sexuels. Les clients ayant recours à ces services doivent savoir qu’ils contribuent à l’exploitation de femmes et de filles dont un grand nombre travaillent sous le joug de proxénètes. Je rappelle que l’exploitation sexuelle est non seulement présente à Montréal, mais aussi dans toutes les régions du Québec, et qu’en raison de son caractère clandestin, ce phénomène a pris une ampleur qui peut être sous-estimée. Il est donc de notre devoir d’agir collectivement pour contrer ce problème préoccupant et inacceptable. »

Lise Thériault, vice-première ministre, ministre responsable des PME, de l’Allègement réglementaire et du Développement économique régional, ministre responsable de la Condition féminine et ministre responsable de la région de Lanaudière

« L’exploitation sexuelle a des conséquences très graves sur les personnes qui la subissent. Vous ne voyez pas de séquelles évidentes? Dites-vous qu’un sourire peut cacher une profonde détresse. Nous voulons donc profiter du Grand Prix du Canada pour lancer une vidéo aux apparences loufoques, mais qui porte un message très clair : ce n’est pas parce que vous ne voyez pas les conséquences de l’exploitation sexuelle qu’elles n’existent pas. »

Nathalie Khlat, présidente, Le Phare des Affranchi(e)s

Faits saillants :

  • Le Phare des Affranchi(e)s est un organisme sans but lucratif qui se consacre à la lutte contre la traite de personnes, notamment la traite aux fins d’exploitation sexuelle. L’organisme se donne pour mission d’éduquer et de sensibiliser la population aux réalités de la traite de personnes.
  • La Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles 2016?2021 sera appuyée, d’ici 2021, par un investissement gouvernemental de 200 millions de dollars, dont 44 millions de dollars serviront à la mise en œuvre des 55 nouvelles actions. Cette stratégie vise à renforcer l’action gouvernementale en matière de prévention et d’intervention relativement aux agressions et à l’exploitation sexuelles.

– 30 –


<< Retour

Date de mise à jour : 30 avril 2013

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2008 - 2017