Accueil Condition féminine > Dossiers > Sans Stéréotypes > Les stéréotypes et... > Le partage des responsabilités familiales

Sans stéréotypes

Le partage des responsabilités familiales

Les stéréotypes sexuels imposent des responsabilités et des rôles différents en fonction du sexe de la personne. Ce site présente des ressources pour lutter contre les stéréotypes.

De façon stéréotypée, et donc caricaturale, les hommes sont associés à des tâches plus ponctuelles comme la tonte de la pelouse et le pelletage, et les femmes à l'entretien ménager, à l'achat des vêtements pour les enfants, aux rendez-vous et à la planification des repas.

Pourtant, ce partage des responsabilités est attribué socialement et n'a rien à voir avec les capacités d'une personne ou ses dispositions naturelles. En d'autres mots, une personne n'a pas, à la naissance, une prédisposition biologique expliquant qu'elle doit combler un rôle social x si elle est une femme et un rôle y si elle est de sexe masculin.

La persistance des rôles sexuels stéréotypés nuit à un partage équitable des responsabilités familiales. Cela peut engendrer des conséquences importantes, particulièrement chez les femmes : stress, épuisement, problèmes de santé, impression d'avoir des pratiques parentales ou professionnelles inadéquates, perte de revenus et d'occasions d'avancement professionnel, etc.

Conséquences de la répartition non équitable des responsabilités familiales

Bien que les problèmes relatifs à la conciliation travail-famille touchent l'ensemble des parents travailleurs, les mesures de conciliation sont surtout revendiquées par les femmes. Ce sont elles qui assument, encore aujourd'hui, la plus grande part des responsabilités liées

  • aux soins des enfants;
  • aux travaux ménagers;
  • aux soins à donner à une personne malade ou en besoin d'assistance.

Le salaire étant généralement plus élevé chez les hommes, ce sont le plus souvent les femmes qui sont incitées à se prévaloir des mesures de conciliation. Par exemple, le nombre annuel d'heures d'absence pour des raisons personnelles ou familiales est trois fois plus important chez les femmes que chez les hommes.

Nombre d'heures annuelles d'absence pour obligations personnelles ou familiales*, Québec, 2014.

  • Hommes : 21,4
  • Femmes: 71,8
  • Rapport femmes/hommes : 3,36

Institut de la statistique du Québec, Portrait des principaux indicateurs du marché et des conditions de travail, 2004-2014, vol. 11. p. 191, à partir des données de l'Enquête sur la population active 2014.

À long terme, cette répartition inéquitable des responsabilités se traduit par un écart de revenus entre les femmes et les hommes, lequel se renforce sous l'effet cumulé d'autres facteurs. Par exemple, il peut arriver que les mesures de conciliation aient des effets non souhaités sur les possibilités de formation et d'avancement professionnel des femmes, tout comme sur leurs revenus à la retraite.

Saviez-vous que?

Le partage des tâches domestiques se porte mieux au Québec qu'ailleurs dans le monde car :

  1. les femmes sont plus présentes sur le marché du travail;
  2. les pères sont davantage sollicités dans l'éducation de leurs enfants.

En savoir plus

Des changements prometteurs

Depuis quelques dizaines d'années, plusieurs personnes remettent en question la division sexuelle des responsabilités familiales et des rôles sociaux. Par exemple, de plus en plus de femmes occupent un emploi et refusent d'être seules à voir aux besoins de la famille. Il faut d'ailleurs se réjouir de l'existence du Régime québécois d'assurance parentale (RQAP) qui existe depuis 2006 et qui favorise une distribution plus équitable des responsabilités. Grâce à ce régime, le père a droit à des semaines strictement réservées, et donc non transférables à la mère. En 2014, 78 % des nouveaux pères ont saisi cette occasion. Le sondage auprès de ceux ayant eu recours au RQAP à la suite d'une naissance démontre que 55,8 % prenaient le congé afin d'aider la mère. Avec ce congé, les hommes peuvent participer davantage aux responsabilités ayant trait à la famille et les femmes peuvent investir plus d'énergie dans la sphère professionnelle. Qui plus est, la quasi-totalité (99 %) des pères accorde de l'importance au fait de pouvoir prendre congé et la majorité d'entre eux considère que cela leur a permis de s'engager davantage auprès de la mère et de l'enfant.

Au Québec, les deux parents ont un emploi dans 71,1 % des familles biparentales avec enfants de moins de 6 ans.
- Le Québec chiffres en main 2014.

Les modèles que nous offrons aux enfants et aux jeunes quant au partage des responsabilités familiales ont beaucoup d'influence sur la manière dont elles et ils perçoivent les rôles sociaux des femmes et des hommes. Il est donc primordial que les outils éducatifs utilisés à tous les stades du développement (petite enfance, enfance, adolescence et jeune adulte) valorisent une vision sans stéréotypes du partage des responsabilités.

Le partage des tâches et des responsabilités familiales en tant que :

Date de mise à jour : 07 juillet 2017

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2008 - 2017