Accueil Condition féminine > Dossiers > Sans Stéréotypes > Les stéréotypes et... > La sexualisation de l'espace public

Sans stéréotypes

La sexualisation de l'espace public

Depuis plusieurs années, nous observons une augmentation de la sexualisation de l'espace public. Elle transparaît au travers des médias, de la publicité sexiste, des vidéoclips, de l'industrie de la mode, de la sexualisation précoce des petites filles et de la banalisation de la pornographie.

Quelques exemples dans la publicité

La sexualisation de l'espace public se manifeste dans le fait d'attribuer un caractère sexuel à un produit ou à un comportement qui n'a rien de sexuel en soi afin de stimuler la demande, de vendre un produit ou encore de communiquer un message. Elle s'observe beaucoup dans la publicité. Pour faciliter la compréhension du public et faire passer son message rapidement, la publicité impose des clichés et des stéréotypes. Les images publicitaires sexualisées compromettent les rapports égalitaires entre les femmes et les hommes dans la mesure où elles participent à la promotion d'une image sexuée et limitée des femmes qui les réduit à l'état d'objet.

L'espace public, c'est tout ce qui est extérieur au champ domestique. L'espace public représente ainsi tout ce qui peut être vu par tous.
- Inspiré du Réseau québécois d'action pour la santé des femmes

Voici deux exemples de publicité illustrant la notion de sexualisation de l'espace public :

Des conséquences à éviter avec l'éducation

Les images sexualisées véhiculées dans les médias ne sont pas sans conséquences. L'exposition répétée aux messages publicitaires influence effectivement notre façon d'être et de nous comporter. Les enfants et les jeunes, en pleine construction de leur identité, y sont particulièrement sensibles. Ces images peuvent d'ailleurs entraîner des effets importants sur la perception qu'ont les enfants et les jeunes de leur image corporelle.

Saviez-vous que?

Chez les garçons et les filles, les médias représentent le premier facteur influant sur l'insatisfaction face à leur image corporelle.

En savoir plus

Sur le plan du développement sexuel, les médias peuvent conduire certains jeunes à adopter des comportements empruntés à une sexualité trop adulte pour leur âge. Ces comportements pourront se traduire dans leur habillement, leur attitude ou même leurs gestes concrets. La sexualisation de l'espace public n'est pas le seul facteur à considérer, l'éducation reçue jouant aussi un rôle de premier plan dans le développement sexuel des enfants et des jeunes. Ainsi, il importe d'accroître l'esprit critique par rapport à cette sexualisation de l'espace public dans l'éducation apportée aux enfants et aux jeunes pour en diminuer les conséquences possibles.

Public/privé

La différence entre ce qui relève du domaine privé et du secteur public est de plus en plus floue dans notre société, surtout avec la sexualisation de l'espace public.

Chez les 0-11 ans

D'abord, les enfants en bas âge ne font pas instinctivement la distinction entre le public et le privé. Il revient aux parents et au personnel des services de garde éducatifs à l'enfance d'aider les enfants à comprendre ces notions. Il est essentiel dans l'éducation prodiguée aux enfants de leur faire comprendre que certaines images sur les autobus, dans les centres commerciaux, sur les panneaux publicitaires, reflètent des comportements qui appartiennent à la sphère du privé. Il faut absolument former leur esprit critique à cet égard.

Chez les 12-18 ans

Même avec une éducation au cours de l'enfance sur les concepts de public et de privé, il est parfois difficile pour les jeunes à l'adolescence de faire les bons choix. L'exposition constante à des images qui, dans la vie de tous les jours, devraient appartenir au domaine privé rend beaucoup plus difficile pour les jeunes d'avoir le réflexe de ne pas afficher publiquement certains aspects privés de leur vie. Par exemple, des jeunes utilisent les médias sociaux (Facebook, Twitter, etc.) comme un journal intime et deviennent alors plus vulnérables à différentes problématiques : exploitation sexuelle, intimidation, vol d'identité et d'autres encore. Il appartient aux parents et au personnel du milieu scolaire d'inciter les jeunes à cultiver un esprit d'analyse vis-à-vis des images qui les bombardent constamment, et sur la relation qu'ils ont avec les médias sociaux.

Que pouvons-nous faire?

Chez les 0-11 ans
  • Critiquez ouvertement les images qui se trouvent dans l'espace public et aidez les enfants à éveiller leur esprit critique en cette matière;
  • Faites connaître d'autres modèles de femmes et d'hommes aux enfants en leur donnant accès à des livres ou à des outils non stéréotypés (voir Boîte à outils);
  • Éduquez les enfants aux notions de public et de privé.
Chez les 12-18 ans
  • Critiquez ouvertement les images qui se trouvent dans l'espace public et aidez les jeunes à acquérir un esprit critique en cette matière;
  • Mettez en valeur les initiatives médiatiques qui valorisent la diversité et l'égalité entre les femmes et les hommes. Par exemple, parlez avec les jeunes de la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée (voir L'image corporelle), ou encore montrez des annonces publicitaires respectueuses des femmes (comme certaines publicités de la marque Dove);
  • Abordez les concepts de public et de privé avec les jeunes en établissant des liens avec les médias traditionnels et les médias sociaux;
  • Véhiculez des valeurs d'égalité entre les femmes et les hommes auprès des jeunes. Nous minimisons souvent l'influence que les adultes peuvent exercer sur les jeunes. Il est vrai que les liens d'amitié prennent une place considérable à l'adolescence, mais les jeunes accordent plus d'importance que nous ne le pensons à l'opinion des adultes – surtout lorsqu'il s'agit d'adultes appréciés ou avec lesquels une relation de confiance est établie.

La sexualisation de l'espace public en tant que :

Date de mise à jour : 15 mars 2017

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2008 - 2017